Les dicotylédones majeures du colza – Le bleuet

Le bleuet, Centaurea cyanus, est aussi appelé barbeau, centaurée bleuet, audifoin, blavelle, casse-lunettes, oufleur de Zacharie. Cette plante annuelle herbacée de la famille des astéracées ou composées comme les matricaires,
se reconnait facilement à la pilosité blanchâtre et cotonneuse de ses feuilles et à ses fleurs bleues délicates. Au stade plantule, les feuilles en rosette sont aussi faciles à identifier à leur couleur vert blanchâtre. Les bleuets colonisent facilement les alluvions argilo-sableuses en Lorraine, Bourgogne, dans le Berry et de façon très localisée dans la région Centre. À noter que le bleuet a été choisi en France comme symbole de mémoire et de solidarité envers les anciens combattants, et les victimes de guerre, car il continuait à pousser dans la terre retournée par les obus sur les champs de bataille. Pendant la première guerre mondiale, il désignait aussi les soldats fraîchement arrivés sur le champ de bataille du Chemin des Dames, et qui portaient un uniforme bleu horizon.

Le bleuet est capable de produire 700 à 1 500 graines par pied. C’est une plante qui présente une photosensibilité positive, c’est-à-dire que ses graines germent lorsqu’elles sont exposées à la lumière. Le retour fréquent du colza dans les rotations et la simplification du travail du sol favorisent son développement et la colonisation des parcelles. Le bleuet peut lever très tôt dans les colzas et se développer rapidement. Les parcelles infestées de bleuets ne sont pas faciles à désherber. Les produits de pré-levée ne sont pas suffisamment efficaces pour les contrôler. Seul des produits de Post-levée permettent de maîtriser le bleuet quand les plantes ne sont pas trop développées.

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *