INTERVIEW d’Etienne Sidot, agriculteur, de Flirey (Meurthe-et-Moselle) – « Disposer d’un herbicide de post-levée du colza, nous simplifierait la vie au moment du semis »

Etienne Sidot et ses associés mettent tout en œuvre pour obtenir un colza bien développé et bien propre avant l’hiver. La solution de post-levée qu’ils ont testée cette année, leur semble tout-à-fait intéressante pour décaler le désherbage après la levée de la culture et être sûr d’engager des frais que si la parcelle ne doit pas être retournée.   

Quelle est la place du colza sur votre exploitation ?

E.S. : Le colza est chez nous, la tête d’assolement dominante. Sur les 600 ha que nous exploitons, il occupe chaque année, environ 160 ha, et revient selon les parcelles, tous les trois ou quatre ans. Le rendement moyen sur plusieurs années, avoisine les 40 q/ha, mais en 2016-2017, les levées ont été très difficiles, nous avons été obligés d’en ressemer 110 ha, et le rendement moyen à la récolte a été de 37 q/ha.

 

Comment s’est déroulée l’implantation de vos colzas cette année ?

E.S. : Beaucoup mieux que l’an dernier. Nous avons semé l’ensemble de nos parcelles entre le 10 et le 15 août, dans de bonnes conditions. Tout a bien levé et le colza ne s’est jamais arrêté de pousser. Nous essayons toujours de semer tôt, nos colzas pour préserver tout le potentiel de la culture. L’objectif est d’atteindre avant l’hiver, au moins le stade 6 à 8 feuilles avec un collet de 8 mm de diamètre. Le mieux est d’obtenir le stade le plus avancé possible, sans que le colza ne commence à monter. Cette année, depuis qu’il a commencé à faire froid, mi-novembre, nos parcelles sont au stade « plus de 10 feuilles ». Nous les avons régulées mi-octobre.

 

A quelles mauvaises herbes devez-vous surtout faire face ? Et quel programme de désherbage mettez-vous en œuvre pour les contrôler ?

E.S. : Nous sommes surtout gênés par les géraniums, les bleuets et le vulpin. Nous démarrons le désherbage de nos colzas en post-semis prélevée avec un produit à base de clomazone, dimétachlore et napropamide, que nous avons appliqué cette année, le lendemain du semis. Les années où il ne pleut pas après le semis, nous attendons l’annonce de la pluie, pour désherber. Nous revenons ensuite avec un produit à base de diméthénamide, métazachlore et quinmérac, au stade 1 feuille du colza ; cette année, vers le 10 septembre. Sur les 50 ha qui sont infestés de bleuets et de vulpins, nous sommes intervenus en plus avec un herbicide de post-levée. Nos programmes de désherbage ont jusqu’à présent bien marché, nos parcelles sont propres.

 

Que pensez-vous de la possibilité d’utiliser demain un nouvel herbicide de post-levée ?

E.S. : Nous avons mis en place cette année, des essais de désherbage et parmi les solutions testées, nous avions une nouvelle solution/nouvel herbicide qui permet de repenser les pratiques de désherbage en Colza en post-levée et qui pourrait être  désormais le pilier des programmes de désherbage  Pour le moment, les résultats ont l’air concluants, mais c’est au printemps, que l’on peut juger complètement de l’efficacité d’un programme herbicide, en voyant si toutes les mauvaises herbes choquées à l’automne, ont bien définitivement disparu pendant l’hiver.

En tous cas, avoir la possibilité de désherber le colza uniquement en post-levée, serait vraiment très intéressant. Cela nous simplifierait la vie au moment du semis, car c’est une période où nous avons beaucoup de travail, avec parfois la fin de la moisson, mais aussi les préparations de sol pour les semis de céréales d’hiver, le déchaumage et le labour, le semis de cultures intermédiaires et la récolte du regain.

Le désherbage en post-levée apporterait aussi de la souplesse dans le choix de la date d’intervention.

Enfin, avec le réchauffement climatique, les à-coups du climat et les risques de devoir retourner un colza, sont beaucoup plus importants qu’il y a quinze ou vingt ans. Le fait de traiter sur une culture déjà levée nous permettrait donc de ne pas engager de frais pour rien, les années où l’implantation est compliquée.

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *