Les dicotylédones majeures
du colza

Qu’il s’agisse de géraniums disséqués, mous, à tige grêle ou à feuilles rondes, les géraniums donnent du fil à retordre aux producteurs de colza dans bien des régions. Si on les retrouve surtout dans les zones traditionnelles de culture du colza de l’Est de la France, du Berry et de Poitou-Charentes, ils sont aussi en recrudescence ces dernières années, en Normandie, dans la Beauce, dans les Hauts-de-France et même dans le Sud-Ouest. D’après une enquête ADquation, réalisée en 2016, les géraniums arrivent toujours en tête des problématiques de désherbage, citées par les agriculteurs, devant les gaillets, les matricaires, les sanves et les ravenelles.

Ils sont aujourd’hui présents dans 42 % des surfaces de colza en France, contre moins de 30 %, en 2005. Des parcelles avec des infestations de 100, 200 ou 300 géraniums/m2 ne sont plus rares. Les géraniums se multiplient surtout dans les secteurs à rotations courtes en colza et en non labour, et sont d’autant plus nuisibles que le colza est lent à s’implanter car les géraniums lèvent de plus en plus tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *